In homage to Georg Guðni. « There’s always a mountain in the way »

Hollie (6 min, b&w/color, HD 1080p) – DCP

A film by Monade Li, original score by Dirk Ivens
Experimental, spoken words.

SCREENINGS:

RAFLOST Electronic Art Festival in Reykjavik.
Screening at Vasulka-Stofa at National Gallery of Iceland. 21 MAY 2020. https://www.raflost.is/

AKUREYRI ART MUSEUM, Iceland:
Lecture and screening on October 22nd 2019 / Conférence et projection le 22 octobre 2019.

At the international experimental film and video festival BIDEODROMO in Bilbao.
Screening from September 17th to 21st, 2018.

FNC 46:
http://www.nouveaucinema.ca/en/films/hollie
In competition at Festival du Nouveau Cinéma of Montreal from 4 to 15 OCT 2017 // En compétition internationale des courts-métrages LES NOUVEAUX ALCHIMISTES au Festival du nouveau cinéma 46e édition/

Selected for the BEST MUSIC VIDEO 2018 at OUT OF THE CAN FILM FESTIVAL in Derby (UK).
Venue: QUAD cinema. August 2018.

SYNOPSIS:
It is about an agitated and noiseful body circling a soundless sky.
She rushes straight to him but there’s always a mountain in her way.
She pulls him towards her,
from down to up,
from right to left,
from left to right.
She pulls him down to the earth and fills every crack…
Repeating: « Only few things mean reality to me! »
Her body gets louder as the mountain remains absolutely silent but still expressing protection and more encircling.
Hollie, one muffled cry against successive cloudy walls.
She repeating: « Only few things mean reality to me! »

Un corps agité et bruyant tournant autour d’un ciel silencieux.
Elle se précipite vers lui mais il y a toujours une montagne sur son chemin.
Elle l’attrape et le tire vers elle, en bas en haut, par en haut par en bas,
à droite à gauche,
de gauche à droite;
Elle le tire vers la terre et en remplit chaque fissure.
Répétant: Peu de choses me sont réalité !
Son corps devient de plus en plus bruyant alors que la montagne reste, quant à elle, silencieuse, protectrice et toujours aussi encerclante.
Hollie, un bruit-sourd buttant contre ses murs à lui, successifs et vaporeux.
Répétant: Peu de choses me sont réalité !


Director/camera/editor: ML
Original score: Dirk Ivens
Sound design: ML & Jean-Christophe Scottis
Camera assistant: Laurent Bramardi
Women: ML & Halla Ólafsdóttir
Narration: Elísabet Gunnarsdóttir
Texts: Sigurður Pálsson (excerpt of Poème de la rue / Gotuljod)

Poème de la rue / Gotuljod
(…)
« peu de choses me sont réalité
je me trouve là
le chant d’oiseaux non venus dans les oreilles ;
me regarde moi-même regardant la maison
j’ai le vague sentiment de me rappeler confusément
une fille dans le crépuscule dans cette maison
ses cheveux son dos ses épaules
Je n’en jurerais pas pourtant
cependant je sais qu’elle est partie
ou peut-être non venue je ne sais pas »
Sigurður Pálsson – Poèmes des hommes et du sel (Ljóð vega salt, 1975).

Many thanks to ArtsIceland (Isafjörður).
©2017 limonadeart, Paris